Atelier Energies et Santé - "Stratégies pour une santé optimale"

Accueil     Sommaire     Soins énergétiques     Coaching santé     Séjours     Formations



Méfiez-vous du "Stress oxydant"
et des "radicaux libres"





car les Radicaux libres sont des prédateurs redoutables !


Particules extrêmement agressives, dérivées de l'utilisation de l'oxygène, les radicaux libres ne sont pas tous néfastes, certains sont même indispensables à la vie. L’oxydation fait partie intégrante de nos mécanismes de défense et d’élimination des agents pathogènes que représentent les bactéries et les virus.

Mais lorsqu'ils sont en excès (et c'est pratiquement TOUJOURS le cas), ils deviennent particulièrement dangereux et provoquent l'oxydation, "la rouille" de notre organisme, et sont

l'une des principales causes du vieillissement prématuré.

Heureusement, les Antioxydants sont là pour nous en préserver, ils agissent comme des boucliers contre les excès des radicaux libres.





Nous vivons dans l’oxygène, nous vivons grâce à l’oxygène, sans oxygène la vie est impossible... et pourtant, l’oxygène est aussi un redoutable destructeur... méfiez-vous de cet agresseur dont vous ignorez tout…

Lorsque vous appliquez une peinture protectrice sur une charpente métallique, c’est pour la protéger de la rouille car l’oxygène et ses dérivés risquent à terme de l’abîmer.

Lorsque le portail du jardin “grince”, c’est également la rouille, l’oxydation... et l’oxydation est provoquée par l’oxygène.

Et, "la rouille", c’est exactement ce qui se passe dans notre organisme si la production de “radicaux libres” n’est plus régulée par les antioxydants.

Car la Nature a tout prévu : normalement ce “stress oxydatif” s’autorégule naturellement par le biais de notre production naturelle d’antioxydants.
Tant qu'il est en "bonne santé", notre corps fabrique en permanence un antioxydant extrêmement efficace, le Glutation"réduit". Malheureusement, notre "style de vie" actuel, et la "malbouffe", perturbent le bon fonctionnement de notre organisme et provoquent beaucoup de carences.

La protection contre l'oxydation n'est plus suffisante.




Sur le plan chimique,

un "radical libre" est un fragment de molécule (un électron) hautement réactif et très instable, car isolé (échappé de sa "famille" atomique) et doté d'une charge électrique libre. Il réagit avec les molécules voisines pour se stabiliser, en agressant et chassant un autre électron, pour prendre sa place. L'électron évincé va faire immédiatement la même chose sur la molécule voisine, créant ainsi une réaction en chaîne (c'est un peu simplifié, mais c'est ainsi que ça se passe) pouvant atteindre des milliers de molécules. Ce genre de réaction en chaîne peut se propager très rapidement et s'appelle oxydation.   Le corps en a une peur bleue.

Chacune des cellules de notre corps est composée d'un noyau, d'un plasma, et d'une membrane. La membrane est une barrière, un filtre, dont le rôle est de laisser entrer dans la cellule les nutriments, l'oxygène et les informations dont la cellule a impérativement besoin pour se développer et vivre, mais elle doit également empêcher d'entrer tous les éléments nocifs : toxines, virus, bactéries...

Les radicaux libres agressent violemment et endommagent la membrane cellulaire, isolant la cellule, freinant l'entrée des nutriments et l'évacuation des déchets, ce qui amène peu à peu la mort lente de la cellule. Ils créent également des brèches irréparables dans les membranes.
La cellule n'étant plus protégée, les agressions suivantes peuvent atteindre le noyau.
Or le noyau contient l'ADN qui renferme le code génétique à partir duquel d'autres cellules seront fabriquées. Si l'ADN est endommagé, il peut donner naissance à des cellules légérement différentes.

C'est le premier pas vers le cancer.




Normalement, il ne devrait pas être nécessaire de contrôler son apport en antioxydants. Et encore moins de se supplémenter pour être en bonne santé !

Mais nos enzymes antioxydantes qui régulent en permanence l’excès de radicaux libres ont besoin, pour être activées, de minéraux issus de l’alimentation comme le zinc, le cuivre, le manganèse pour la superoxyde dismutase, le fer pour la catalase, le sélénium pour la glutathion peroxydase.

Or de nos jours, notre alimentation ne nous apporte plus les nutriments et molécules indispensables : Tout cela conduit au débordement naturel de nos défenses antioxydantes appelées encore « défenses antiradicalaires ».

On le sait aujourd’hui, les radicaux libres sont impliqués dans le vieillissement accéléré des cellules et l'apparition de nombreuses maladies dites "dégénératives" : cancer, athérosclérose, dégénérescence cérébrale, maladies inflammatoires, cataracte, et de nombreuses pathologies aigues :
Pour réduire les effets du stress oxydant, il faut limiter en quantité et durée les sources de radicaux libres.

L’exposition excessive aux rayonnements solaires par exemple. Bien que l’exposition régulière au soleil soit absolument nécessaire à la production par la peau de la vitamine D, l’excès dans le temps ou les « coups de soleil » sont à l’origine de graves cancers de la peau.

Le tabac, la pollution de l’air (ozone, particules fines, dioxyde d’azote…) et la pollution domestique (désodorisants, moquettes, encens, bougies parfumées, etc…), les pesticides, les additifs industriels, les aliments trop cuits, le pain ou les viandes noircies voire carbonisées, débordent nos défenses antiradicalaires… La mauvaise qualité de notre alimentation et le déficit en nutriments viennent achever le travail.

Et dans la société actuelle, la pollution électromagnétique provoquée par les ondes de nos téléphones portables, de nos ordinateurs, des installations électriques défectueuses, par les lignes à “Haute Tension”, et surtout par les antennes relais en 4G et bientôt en 5G - liste non limitative !!

Les radicaux libres sont causés par toutes les actions impliquant l'oxygène :

La respiration, la digestion et surtout les excès caloriques (ce qui explique les bienfaits de la "restriction calorique"), un grand nombre de réactions de métabolisme ou de défense de l'organisme, mais également par l'exposition excessive au soleil, les radiations de tous ordre (télé, ordinateurs, rayons x), la lumiére, la pollution, les métaux toxiques, l'abus d'alcool, le record revenant sans conteste à la cigarette.




Les radicaux libres sont inévitables,

ils sont indissociables de la vie, et les dégâts qu'ils causent sont irréparables. Il est donc extrêmement important de se protéger constamment et le mieux possible contre ces particules agressives. Tous les êtres vivants subissent les agressions de ces terribles prédateurs, et ont cherché à s'en protéger car leur survie en dépendait.

Les plantes en particulier, qui existent sur notre planète depuis 4 milliards d'années, et ne peuvent se déplacer pour éviter les rayons du soleil, ont développé avec le temps des substances antioxydantes extrêmement efficaces, et cela principalement dans les régions où le soleil est très intense (thym, romarin, herbes aromatiques...). Toutes ces substances, comme par exemple les carotènoïdes, le lycopène, les acides phénoliques, les flavonoïdes, les tanins, etc... sont surtout présents dans les colorants des végétaux et dans leur membrane extérieure (peau, pelure, etc.) qui regorgent de substances protectrices.
Le thé vert, l'huile d'olive, le choux rouge, l'oignon, l'ail, les herbes de Provence sont parmi les meilleurs défenseurs "anti-radicalaires".

La toute première démarche à faire consiste bien évidemment à privilégier la consommation intensive de ces légumes frais, fruits mûrs, et plantes aromatiques de qualité. Mais comme ce n'est pas toujours possible, et que le contrôle de la qualité est plus qu'incertain, la science moderne a extrait les principes actifs de ces plantes pour les mettre à notre disposition, sous forme de compléments nutritionnels.

Les antioxydants les plus connus devraient normalement être apportés par l’alimentation : vitamines C et E, caroténoïdes, polyphénols du thé vert ou du cacao, glutathion, acides aminés soufrés comme la N-acétylcystéine. Nos enzymes antioxydantes qui régulent en permanence l’excès de radicaux libres ont besoin, pour être activées, de minéraux issus de l’alimentation comme le zinc, le cuivre, le manganèse pour la superoxyde dismutase, le fer pour la catalase, le sélénium pour la glutathion peroxydase.

Ces antioxydants agissent comme des boucliers contre les excès des radicaux libres.

C’est pourquoi il est très important d'envisager une supplémentation sur mesure.


yin/yang



pour nous joindre
adresse postale et   E-mail
sommaire général
dossiers "informatifs"