Atelier Energies et Santé - "Stratégies pour une santé optimale"
Accueil Présentation Nettoyage
énergétique
Coaching diététique
et santé
Séjours soins
et repos
cours et
séminaires
Les bienfaits de
l'activité physique


Un peu de rêve et d'évasion
ou une (petite) partie de mon itinéraire ...




            Autre exigence...

    Un jour, lassé de tout et des sales énigmes,
    Je tournerai le dos à Rome et à Corfou.
    Et ceux qui me diront : où vas-tu pauvre pygme ?
    Je leur crierai de loin : au revoir, je m'en fous !

    Je marcherai longtemps par l'immense campagne
    Ivre d'elle d'abord, puis ensuite de moi
    Comme un beau marié d'une belle compagne
    Plus lointain, plus parti, plus autre à chaque pas ...

    Adrian Miatlew
               



Au tout début du siècle, mon père (né en 1902) a grandi dans un petit village blotti au fin fond du Massif Central, dans une région qui vivait encore presque comme au moyen-âge, et ou le diable, les fées et les sorcières faisaient partie de la vie de tous les jours.

Mon enfance et mon adolescence ont été plongées dans le merveilleux et le surnaturel, et bercés par d'innombrables histoires, racontées surtout l'hiver, pendant les longues soirées devant le feu de cheminée.
J'ai toujours vu mon père partir à n'importe quelle heure, appelé par les paysans des environs lorsque quelque chose n'allait pas, qu'un animal était malade, qu'une vache était prête à vêler et que les choses se présentaient mal.

Il avait, comme on dit, "la main verte", toutes les plantes qu'il touchait étaient pleines de vitalité, et son jardin, jusqu'à la fin de sa vie, était de loin le plus beau des alentours.
Jamais je n'ai vu entrer chez nous d'engrais ou de produits chimiques : tout était naturel, écologique bien avant que cela ne devienne un problème...

Mon père était un homme admirable, sa vie n'a pas toujours été facile, mais je tiens ici, à lui rendre hommage : il m'a tout appris sur la nature, les plantes, les animaux, et m'a inculqué le respect des forces et des "esprits de la nature"...


Vers la fin des années 60, j'ai vécu quelques années à l'île de la Réunion. Et là, j'ai été confronté pour la première fois, et de façon violente, à la magie noire et à la sorcellerie qui y sont omniprésentes (je parles des années 60 / 70. Je ne sais pas comment les choses ont évolué et comment c'est de nos jours, dans les années 2020...).

Les cas d'envoûtement y sont monnaie courante, les prêtres "malabars" et les sorciers malgaches y ont "pignon sur rue", et contre une poignée d'argent, votre "ennemi" se trouve "arrangé", "fanafoudé" comme disent les malgaches et les créoles... même si on est sceptique et farouchement cartésien, on est obligé de se rendre à l'évidence devant la puissance malfaisante de ces gens, car les effets de leurs sorts sont spectaculaires, et voisins de ce que l'on connaît avec le vaudou.

A plusieurs reprises, je me suis élevé contre ces sorciers pour leur retirer des victimes, en particulier un jeune créole, Raymond, que j'avais pris en formation de plongeur autonome pour des travaux en mer. Garçon intelligent, doux, gentil, promis à un bel avenir, c'était devenu un ami.

Pour son malheur, il eut l'audace de faire la cour à la fille d'un "prêtre malabar", et de persister malgré l'interdiction faite par le père. En quelques jours, ce garçon est devenu méconnaissable. Il est brutalement devenu violent, avait des crises de véritable rage, ses lèvres écumaient, il ne reconnaissait plus personne. Dans ses crises, il voulait "du sang", et avait des pulsions de suicide...

A 3 reprises, je suis allé le rechercher jusque dans "l'antre" de son persécuteur, qui l'attirait chez lui pour mieux le détruire. Raymond avait perdu toute volonté et tout sens du réel et obéissait aveuglément aux ordres de son tortionnaire.

De violents affrontements eurent lieu entre ce personnage et moi-même, et j'eus droit aux pires menaces. Probablement pour m'impressionner, deux autres de mes ouvriers furent attirés chez ce "prêtre", et "arrangés" à leur tour. Ce fut le début d'un long et difficile affrontement, avec des épisodes très durs pendant lesquels j'ai beaucoup appris. Raymond fut "récupéré", mais ne retrouva malheureusement jamais la pleinitude de ses capacités.


Ma vie a été une suite d'aventures, de rencontres et de partages, avec des gens du monde entier, des cultures et des sensibilités différentes...

Voyager, si on a l'esprit ouvert, et que l'on est curieux des gens et des choses, est une source inestimable et inépuisable de connaissance... J'ai partagé mon temps entre le voyage et l'étude, "l'assimilation" des données recueillies et la recherche dans des livres que j'adore...





Belle dune de sable dans la Tefedest






Un bivouac, quelque part, au milieu de "nulle part", entre l'Algérie et la Lybie...



Pour l'instant, en voici la liste, dans les grandes lignes :

1973 Premier grand voyage au SAHARA (où j'avais déjà été pour la recherche pétrolière, mais ceci est une autre histoire)

Départ de Genève avec une vieille "Land Rover" pourrie, Tunis, Alger, Hassi Messaoud, Djanet, TÉNÉRÉ, Adrar Bous, Aïr, Hoggar ...
Au cours de ce voyage, avec mon excellent ami Phillippe, nous avons réalisé la 1ère ascension de la face ouest du mont Taga dans l'Aïr (Niger) - Pour ceux qui connaissent l'escalade : 450 mètres, niveau "TD sup"
1974 Année presque complète au SAHARA que j'ai parcouru en tous sens, souvent seul, avec un mini-camion "Unimog" Mercédès spécialement préparé pour une autonomie totale de plusieurs mois. - Itinéraires en AFRIQUE de l'OUEST au Niger et au Mali. Découverte et repérage d'itinéraires.
1975 Création de l'agence de voyage-aventure "Bivouacs du Bout du Monde"
Saison au Niger, nombreux raids dans l'Aïr et le Ténéré, traversée de l'Erg de Bilma. Je suis emprisonné quelques jours à Agadez où l'on m'accuse d'avoir fait des transports "illicites" dans le Ténéré, et entre autres d'avoir fait passer en Lybie des opposants au régime...


Traverée du Ténéré...


De 1975 à 1990, pendant 15 ans, j'ai été Guide SAHARIEN, passant tous les ans de 6 à 8 mois dans le désert.
Mon domaine de prédilection était l'Algérie, où j'étais reconnu et autorisé comme guide saharien par l'Office National Algérien du Tourisme (ONAT), et principalement la Tefedest, les Grands Ergs (Tifernine, Issaouane...) et le "Tassili du Hoggar". Mais j'ai également organisé et conduit de nombreuses expéditions, circuits, raids 4x4, méharées, et groupes d'escalade, en Tunisie, Maroc, Algérie, Lybie, Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso...


1976 Raid TUNIS - ABIDJAN + expédition TÉNÉRÉ.
1977 LYBIE - Une superbe expédition dans le "Messak Mellet et l'Edeyin de Murzuk".
1978 1er grand raid transafrique : Genève - Nairobi - Mombasa.
L'itinéraire traverse la Tunisie, Algérie, Niger, Nigéria, Cameroun, Centrafrique, Zaïre, Rwanda, Tanzanie et Kénya.
Retour Mombasa -Genève, par le même itinéraire.
Au retour, nous sommes arrêtés en pleine forêt équatoriale, près de Gbado-Lité, par les gardes du corps de Mobutu qui nous prennent pour des mercenaires... En 1978, traverser le Zaïre était encore une véritable AVENTURE.
Au passage, nous avons pu réaliser l'ascension du Ruwenzori, du Kilimanjaro, et du Mont Kénya.

L'ascension du Kilimanjaro



J'ai eu la chance d'effectuer deux fois l'ascension du Kilimanjaro (avec des clients)
et toujours par beau temps, dans le cadre des mes grands voyages africains...

(Les photos ci-dessous ont été prises en 1978).


Debout à gauche, en veste rouge, c'est moi !


Une petite pose sur le plateau, vers 4800 mètres d'altitude, avant de rejoindre le dernier refuge, où l'on passe une dernière "demi-nuit" detestable, avant de se lever vers 1 heure du matin pour partir à l'assaut du cône volcanique proprement dit. Il est impératif d'atteindre le sommet (5.891,8 mètres d'altitude) vers 7 heures du matin, après une ascension de 1000 mètres très éprouvante.



Départ, le premier jour, dans la forêt...

l'un des refuges, lors de l'ascension


1979 - 1980 Sahara et Afrique de l'ouest :
Circuits d'escalade dans les Monts de Hombori où nous avons ouvert plusieurs voies nouvelles, puis raid Tunis - Abidjan et divers itinéraires sahariens (Ténéré, Tanezrouft, Grands Ergs, Tassili du Hoggar, Adrar des Iforhas, etc ...)
1981 Après la saison d'hiver au Sahara, changement de continent :
Premier grand raid en Amérique du sud : 6 mois d'expédition au départ de Buenos Aires...
Expédition de tourisme et d'Andinisme : ascension de 6 sommets de plus de 6000 mètres, dont un sommet vierge en cordillère d'Apolobamba (Bolivie). Innombrables rencontres et aventures...
Départ de Buenos Aires, routes à travers la Pampa, passage sur l'extraordinaire "Pénisule Valdez", sanctuaire d'animaux marins, puis pistes jusqu'en Terre de Feu, le détroit de Magelland et Ushuaia que nous rejoignons par la côte atlantique. Ensuite, visite de la province de Magallanes au Chili, parc nationnal de "Torres del Paine" (magnifique) puis lago argentino, Fitz Roy, et remontée de toutes les Andes jusqu'en Equateur, avec un arrêt de un mois à La Paz (Bolivie) ville incroyable située entre 3500 et 4000 mètre d'altitude..
Au passage, ascension du Huascaran, le plus haut sommet des Andes, et fin du voyage à Quito (Equateur) la situation politique en Colombie ne permettant pas de se rendre dans ce pays.

Amérique du Sud, 1981



Voyage essentiellement basé sur la découverte
et sur l'ascension de grands sommets de la chaîne des Andes...

Le matériel de base qui nos a fidèlement servi pendant 6 mois...



Vue générale en arrivant au Machu Pichu


Camp d'altitude, pendant l'ascension du Huascaran

Quelques mètres sous le sommet du Huascaran, 6768 metres, au Pérou...

L'ascension du Huascaran se fait en 6 jours.
Il n'y a pas vraiment de grosses difficiles, mais plutôt des passages dangereux, en particulier un passage assez long (environ 200 mètres) sous une barre de séracs suspendus, énormes, et qui semblent prêts à tomber à tout moment. C'est VRAIMENT impressionnant. Il ne faut pas "trainer" dans ce coin !
Petite anecdote : Pendant notre ascension, nous avons croisé une équipe qui descendait le corps d'un homme décédé du "mal des montagnes" au dernier camp avant le sommet - ça plombe un peu l'ambiance !

dans la Cordillère d'Apolobamba, en Bolivie


1982 à 1984 Divers RAIDS 4x4 au SAHARA, raids TUNIS - ABIDJAN, Circuits, randonnées, escalade (Monts de HOMBORI, Hoggar, Aïr ...)
1985 Danemark, Iles Féroé, ISLANDE. Un voyage surprenant.
A nouveau TRANSAFRIQUE (Zaïre - Kenya - Tanzanie, avec ascension du RUWENZORI)
1986 Saison au Sahara, où j'assure la logistique pour la Télévision australienne qui va tourner, de Casablanca à Abidjan, un superbe film : "The road to TIMBUCTOO". Ce film a été diffusé sur plusieurs télévisions européenne (langue anglaise)
1987 - 88 Nombreux RAIDS 4x4 et circuits au SAHARA et en AFRIQUE de l'OUEST.
1989 - 90 "AFRICA CHALENGE" - Grand raid/voyage de 6 mois en 4x4 et camions. Traversée complète de l'Afrique, de Genève à Windhoek en NAMIBIE (où nous arriverons le jour de l'indépendance), puis retour à Genève.
1990 - 91 "1er AMERICAPSUD" - Grand raid transcontinental partant de CARACAS, passage par Manaus où nous embarquerons sur l'Amazone vers Belem, puis La Paz, Patagonie, et USHUAIA.
1992 Sahara, Hogar, circuits et randonnées dans la Tefedest.
+ RIO de JANEIRO - La PAZ - USHUAIA - RIO

+ Voyage en POLOGNE, LITUANIE, LETTONIE pour conduire un semi-remorque de 40 tonnes de vivres, pour une ONG savoyarde, sous l'égide de la Croix Rouge. Une autre forme d'aventure, plus poignante...


1993 - 94 Le Grand Raid : ALASKA - TERRE DE FEU        
Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Départ en juin 1993 de New York vers Québec où nous passons 3 semaines superbes. Traversée de tout le Canada vers l'Est, puis route vers Inuvik et la mer de Beaufort, et arrivée en ALASKA.

Départ vers le sud par les beaux et sauvages paysages de la Colombie Britannique, tout le charme et les légendes du grand Nord-Ouest, la mémoire des anciens trapeurs.
Visite en zig-zag des grands parcs nationaux des Etats-Unis. Passage et pause à Mexico, puis traversée du Mexique (hors des centres touristiques, ce n'est pas du tout ce que l'on croit. Très dur !)
Le véhicule qui nous a permi une totale liberté sur l'ensemble du parcours...

La traversée de l'Amérique Centrale par route est un morceau de bravoure. Nous avons frôlé la prise d'otages et traversé une "révolution"...   il faut toujours bien réfléchir, calculer ses itinéraires et rester sur ses gardes.
Une semaine à Panama en l'attente d'un bateau, très intéressant et folklorique, mais c'est un véritable coupe-gorge.
Notre objectif initial était de continuer vers la Colombie, soit par terre, soit par bateau entre Panama et la Colombie par le Pacifique. Mais comme il n'existe absolument aucune route ou piste (même sommaire), entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, ni aucun bateau côté Pacifique, nous devons passer par le canal de Panama et la mer des caraïbes, transfert des véhicules vers Caracas, Vénézuela, pour un tarif prohibitif de 5000 $ par véhicule...

Traversée de la "Gran Sabana", entrée au Brésil, et pistes à travers l'Amazonie vers Boa Vista, la ville des chercheurs d'or et d'émeraudes (à manipuler avec précaution), et traversée de la forêt amazonienne jusqu'à Manaus, où nous obtenons une autorisation très spéciale de prendre la "route" vers Porto Velho. Cette route de 800 Kms est normalement interdite à la circulation, et nous ne rencontrerons que des contrebandiers, des braconniers, et de véritables "chasseurs de primes", armés comme "Rambo" et véritablement très impressionnants (plus tard, on m'expliquera que dans certaines grandes "fazendas", les ouvriers doivent chercher de l'or pour leur patron. Parfois la tentation est grande de disparaître avec la récolte, mais la punition est toujours la mort, et les "chasseurs de primes" vont pourchasser le malheureux jusqu'à ce qu'il soit abattu).

Traversant les "Llianos" et par des pistes impossibles à flanc de falaise, dans les Andes, notre itinéraire nous mènera ensuite à La Paz, ville superbe. Puis Sud Lipez, Salar de Atacama, route vers Santiago du Chili et Valparaiso, et les Andes, les plaines côtières, la "carretera austral" vers la Patagonie et Ushuaia en Terre de Feu.

Remontant le long des côtes atlantiques, notre voyage se terminera en mars 1994 à Rio de Janeiro.


Le glacier "Perito Moreno", sur le Lago argentino
Devant le Fitz Roy et le Cerro Torre.




1995 Circuits et voyages en AMAZONIE, ANDES, PATAGONIE ... (Brésil, Bolivie, Chili, Argentine)
1996 Plusieurs mois au Brésil et en Patagonie. Retour à Genève et fin (provisoire ?) des voyages.



"Heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage,
et puis est revenu, plein d'usage et raison,
vivre parmis les siens le reste de son âge" ...





pour nous joindre
adresse postale et   E-mail
sommaire général
dossiers "informatifs"
Laisser un message sur
le Livre d'or
Atelier Energies et Santé