Atelier Energies et Santé - "Stratégies pour une santé optimale"
Accueil sommaire
général
Interventions
à distance
Témoignages
impressionants
Dossier "entités"
A lire !!! Important !
Séjours soins
et repos
Week-end
santé
Formations
et séminaires
pour nous
contacter
Livre d'or



Les (dures)
LOIS de la VIE

"Les grandes lois fondamentales qui ont présidé au développement de la vie dans l'Univers, et ont permis l'évolution de toutes les espèces, sont toujours présentes, toujours actives, et nul être vivant ne peut espérer s'y soustraire..."

* * *
Tout manquement à ces Lois immuables sera générateur de conflits,
source de malaises, de comportements perturbés,
et finalement, de graves troubles de la santé...





Sous le prétexte de "civilisation", de "société", de "modernisation", l'homme a voulu tout adapter à ses désirs, à sa volonté, à sa façon de voir les choses. Il s'arroge le droit de juger ce qui "est bien", ce qui "est mal"... Depuis quelque chose comme 2000 ans, il a commencé à systématiquement asservir la planète, à réduire toutes choses et tout être vivant à son service exclusif.
Son égoïsme absolu l'a amené à sacrifier pour son plaisir et son confort des centaines de milliers d'espèces végétales et animales, et à réduire en esclavage celles qu'il pense pouvoir lui être utile. Il se croit devenu le "Dieu" omniscient et omnipotent, possédant de droit divin et en toute "bonne conscience" pouvoir absolu de vie ou de mort sur toute chose et tout être.
    Sauf qu'il n'en a pas la sagesse, et que ce n'est pas ainsi que cela se passe.


Ce comportement destructeur ne peut en aucun cas être productif à long terme, et ne peut apporter à l'Homme que de graves et profondes désillusions... Sourd et aveugle à tout ce qui ne va pas dans le "bon sens" de ses désirs et de son confort, il ignore superbement toutes les avertissements que la Nature lui envoie...

Et pourtant, tous les clignotants sont "au rouge" : Les maladies mentales sont en "explosion" sur la planète... le nombre de personnes atteintes de maladies dégénératives augmente sans cesse, le cancer fait des ravages, le "sida" est devenu une menace planétaire... le suicide des jeunes est un grand problème, la drogue, l'alcool, la violence... la liste est très longue... et personne n'est capable d'en déterminer les causes, personne n'accepte d'en reconnaître les causes...

La société humaine fonce droit dans le mur... et au lieu de freiner... On accélère !!!

► Car il faudrait se rappeler qu'il existe des LOIS immuables et fondamentales qui régissent la totalité de l'Univers, la totalité des "êtres" et des choses, et en particulier tous les êtres vivants, de la bactérie à l'homme, en passant par les plantes, les insectes...   TOUS les êtres vivants, TOUS, sans AUCUNE exception sont soumis à ces LOIS...

Et malgré son orgueil et sa prétention à tout maîtriser, l'Homme est (heureusement), et restera toujours dans l'incapacité totale de s'y soustraire...

Ces LOIS sont absolument inviolables, incontournables, immuables, elles existent depuis la nuit des temps, et elles seront encore effectives, valables et incontournables dans les milliards d'années à venir, lorsque, très certainement, l'Homme ne sera même plus un lointain souvenir... personne ne pourra les modifier, personne ne pourra les changer...
Et tout être vivant qui s'en écarte va immanquablement en payer le prix, à court ou à long terme...

L'inconscient de tout être vivant, la "mémoire cellulaire" de chaque individu (du plus humble au plus "évolué") est profondément programmé, conditionné par ces lois universelles, cachées, incrustées, gravées au plus profond de nos mémoires cellulaires, de notre mémoire atavique, de notre ADN, et l'individu (mais c'est valable également pour un groupe, ou une société) qui va s'en écarter, va se retrouver immédiatement en conflit (inconscient mais très actif) avec sa "programmation" profonde, ce qui va obligatoirement provoquer un stress qui sera plus ou moins important selon la "gravité" de la déviance. Et par réaction "de cause à effet", ce stress va mettre en action des "programmes de sauvegarde" qui vont amener l'organisme à réagir en échappant à la volonté propre de l'individu, car ces "programmes de sauvegarde" ont une priorité absolue.


Ce phénomène est facilement observable chez les plantes ou chez les animaux... C'est ce "programme de sauvegarde" qui va, par exemple, provoquer les suicides collectifs de certaines sociétés animales lorsque l'équilibre est rompu (souvent observé chez les rats et chez certains insectes) ou des périodes de stérilité, des migrations, des mutations, etc... qui surviennent lorsque de graves crises menacent la survie de l'espèce.
Ces "programmes" de survie de l'espèce s'activent automatiquement et de manière totalement autonome et inconsciente, sacrifiant sans aucun état d'âme l'individu au bénéfice de la survie, ou simplement de l'amélioration, de l'évolution de l'espèce... Car dans la grande "programmation" générale de l'Univers, l'individu n'existe pas. Il n'a AUCUNE importance sauf celle d'être l'un des maillons (maillon interchangeable) de la grande chaîne de l'évolution et de la VIE et du perfectionnement de l'Esprit.
Ces lois peuvent parfois sembler cruelles à l'être humain, car elles vont souvent à l'encontre même de notre "morale" - morale qui, il faut bien le dire, n'a été établie égoïstement qu'en fonction de notre petit "confort" physique et intellectuel...

Or la société humaine actuelle (moderne) a créé un nombre considérable de situations et de contraintes qui vont systématiquement et automatiquement mettre l'individu en situation de conflit avec ces lois naturelles incontournables, et bien souvent même avec ses convictions personnelles...
Dans bien des cas, chaque individu pris isolément aurait instinctivement la réaction de se comporter en harmonie avec les Lois naturelles, mais la pression de la communauté, de la société, de l'Etat, et du "politiquement correct" dont il est esclave, va l'amener obligatoirement à prendre des décisions et à avoir des comportements qui le mettront en conflit profond avec ces Lois...
Il n'est pas rare de rencontrer des "responsables", des "décideurs" qui, à titre totalement privé, confidentiel, avouent être en profond désacord avec les décisions prises, ou avec les lois votées par leur "groupe"...   mais reconnaissent être complètement incapables de s'y opposer ou d'y changer quelque chose...

L'individu tant soit peu sensible ressent inconsciemment que "quelque chose ne va pas", mais comme il est souvent dans l'incapacité totale d'en déterminer les causes, et qu'il n'en a de toute façon pas les moyens, il se trouve dans l'impossibilité de résoudre ces "conflits", et la situation de stress qui s'en suit va peu à peu se manifester sous la forme de malaises, d'agressivité ou de violence, de comportement irrationnel, de dépression, puis, comme dans la majorité des cas aucune résolution de ce conflit n'est amorcée, des maladies vont se déclarer... (le plus souvent maladies "froides", à développement lent et irréversible...)

Il faut toujours se rappeler que rien n'existe sans raison, qu'il n'y a pas de hasard, ni de fatalité... Même le plus improbable des "hasards" n'est que le résultat, le fruit, d'une longue série "d'action / réaction" qui peut aller chercher sa source très loin dans l'espace ou dans le temps (théoriquement dans le passé, mais des actions / réactions —> Futur / présent / passé sont fortement suspectées)... Chaque acte, chaque pensée, chaque idée lancée (eidos) chaque mot prononcé, selon la manière dont il est prononcé, et selon l'intention qui l'accompagne, est le début, la prolongation, la modification ou l'aliénation d'une action qui aura ses répercussions sur la vie d'un individu, d'un groupe, d'une société...

Mais cette situation ne doit pas être considérée comme une fatalité...

Il appartient impérativement et sans échappatoire possible à chaque individu, à titre personnel de rectifier ces influences et de rester maître de sa trajectoire de vie...
Comme un marin solitaire dont le navire est soumis à chaque seconde à des influence, des sollicitations diverses qui tendront à l'entraîner vers des récifs ou des obstacles, vers sa perte... comme le marin qui doit en permanence (et d'autant plus lorsque les conditions sont mauvaises) être vigilant et apporter les corrections nécessaires, faire les réparations indispensables, prendre les décisions justes et effectuer les interventions nécessaires pour garder le cap et conduire son navire à bon port, de même chacun doit être vigilant en permanence, afin d'être en mesure d'apporter immédiatement les corrections nécessaires pour garder le cap de sa vie...
Et ses meilleurs guides seront sa conscience et le respect de la Nature et des LOIS de la VIE.

Car comme pour tout conflit, en prendre véritablement conscience, en prendre la mesure, y réfléchir, c'est déjà commencer à le résoudre...



Les grandes LOIS fondamentales de la VIE :

Le plus importantes sont peu nombreuses et finalement très simples,
mais tellement puissantes !



1 - Respect, Solidarité et interdépendance.
    Dans les milieux "New Age", on parle beaucoup d'Amour Universel. Ce qui ne veut strictement rien dire.

    Dans nos sociétés, l'Amour Universel n'existe pas. Vivre en privilégié, en tenant en esclavage et/ou en détruisant dans une parfaite inconscience le reste de la Nature, en "élevant" avec condescendance des "animaux de compagnie" qui ne peuvent en aucun cas avoir la liberté de choisir leur mode de vie, s'accomoder sans broncher de toutes les horreurs commises par "l'industrie agro-alimentaire" et parler "d'Amour Universel" est un non-sens.

    Le véritable "Amour Universel",
    c'est simplement le RESPECT absolu, la solidarité totale, entre toutes les espèces vivantes, du brin d'herbe à l'être humain. Être conscients que nous vivons en interdépendance absolue, que nous sommes tous des particules du même vaisseau spatial, la planète TERRE, et que ce qui touche la plus humble des espèce touche automatiquement toutes les autres...

    Mais il ne faut pas se leurer soi-même, et ne pas confondre respect et sensiblerie. On se donne bonne conscience, on se glorifie d'être "végétarien", mais on continue à massacrer la planète et à écraser dans une superbe indifférence l'insecte qui passe...

    Un lion ne peut pas être "végétarien"...   Le lion qui mange une gazelle a le droit le plus absolu de le faire, il est même fait pour ça ! Il participe ainsi, en éliminant les individus les plus faibles et les moins bien adaptés, à la sélection, à l'évolution de l'espèce "gazelle"...

    Mais l'Homme qui (consciemment, froidement, et avec une totale indifférence - et même s'il est "végétarien" !!!) écrase un insecte ou "massacre" une plante, vaporise généreusement de l'insecticide pour se "débarrasser" des mouches et des moustiques, le chasseur qui tue par plaisir ou pour la "gloire" de ramener un trophée, ainsi que la société qui martyrise en toute "bonne conscience" des "animaux d'élevage" pour le profit, pour "l'argent", en encourageant à grand coups de publicité les plus bas instincts d'une société qui se noie dans l'obésité...

    Ceux-là vont bien évidemment à l'encontre de la toute première des LOIS de la Vie, et doivent s'attende à en payer le prix... Car rien n'est oublié... Tout est inscrit et comptabilisé dans les grands livres de la mémoire Akashique.

2 - La compétition, facteur de sélection naturelle, outil de l'évolution.
    C'est une notion qui bien évidemment n'existe plus dans nos sociétés...   Car les LOIS de la Nature sont dures, intransigeantes, et peuvent paraître cruelles.

    L'une des toutes premières lois incontournables est la sélection : tout être diminué, vieilli, affaibli, handicapé, ne doit pas participer à la reproduction de l'espèce.
    Dans le but de veiller à l'amélioration constante des espèces, la nature aura toujours tendance à éliminer les plus faibles, et à favoriser les plus forts, les plus résistants, les mieux adaptés...   Même si cela nous choque et peut paraitre "inadmissible" à notre société moralisatrice et bien-pensante, nous n'y pouvons strictement rien : c'est l'une des lois les plus essentielles et les plus fondamentales de l'Univers...

    Or il faut reconnaître que dans notre société, la maladie, le handicap, l'assistanat sont devenus des "marchés" fortement encouragés car TRES lucratifs... On ne cherche plus à favoriser la bonne santé, à prévenir les maladies, aucun programme d'information et de "prévention santé" sérieux et global n'existe : mais on construit sans cesse de nouveaux hopitaux, de nouveaux centres d'accueil, on maintient le plus possible les gens en dépendance...

    On ne récompense pas, on ne valorise pas celui qui, en respectant des règles de vie saine, en éliminant de sa vie les drogues (tabac, alcool), et en évitant tous les excès, se maintien en excellente santé grâce à une attention particulière à son alimentation et à une activité physique régulière. Au contraire, parce qu'il "a la chance" d'être en "bonne santé", il paiera en permanence pour la masse de tous ceux qui parviennent à 50 ans vieillis, malades, affaiblis, obèses ou handicapés parce qu'ils ont fumé toute leur vie, bu plus que de raison, ont engouffré des tonnes d'alimentation frelatée, grasse, sucrée, et se sont gavés de médications chimiques...   (les pauvres... il faut bien les soutenir et les assister !!! ... ce sont de TRES bons consommateurs...)

    Être malade (à vie) ou handicapé, devient une situation sociale. Certaines personnes dépensent une énergie incroyable pour parvenir "à se faire reconnaître malades", comme si c'était une véritable position sociale. J'ai souvent rencontré le cas de personnes atteintes de "maladies" contre lesquelles la "médecine officielle" ne sait trop quoi faire (sinon atténuer à coup de drogues les douleurs les plus importantes), qui demandent de l'aide pour "guérir" et qui en même temps "se battent" pour "être reconnus malades" et être pris en charge par la société.

    Or il ne faut pas rêver : on ne peut pas guérir ET "être reconnu malade"... il faut choisir, c'est l'un OU l'autre... pas les deux !

    Une société qui encourage "l'assistanat", qui mets le handicap et les maladies en première place, comme quelque chose de normal et de "valorisant", cette société, même si ce n'est pas apparent, même si c'est TOTALEMENT inconscient, cette société est en conflit profond avec l'une des plus grandes lois de la nature...

3 - L'agressivité, la violence
    Elles font partie de la vie depuis le début des temps, elles sont l'un des "outils" de l'évolution. La sélection naturelle ne s'applique pas uniquement à l'intérieur d'une espèce, elle agit également entre les espèces... Il existe des espèces rivales... Et toujours dans la même logique de "sélection", la meilleure, la plus forte, la mieux adaptée éliminera l'autre...

    "... les communautés d'espèces concurrentes, les prédateurs et leurs proies, sont prisonnières d'une course à l'évolution permanente : les prédateurs arrivent de mieux en mieux à trouver des proies et à les attraper, et celles-ci arrivent de mieux en mieux à leur échapper. Les prédateurs et les proies doivent évoluer constamment pour survivre. Les deux parties deviennent de plus en plus performantes, mais leur nombre relatif ne change pas, ou alors seulement à court terme... l'une remplace l'autre..."
    Voir le dossier "évolution"

    Mais la violence et l'agressivité gratuite n'existent pas dans la nature, ailleurs que chez l'homme... Lors d'une bataille entre animaux dominants, il est extrêmement rare que le vaincu soit mis à mort. Le vainqueur se contente d'affirmer sa supériorité, c'est le seul but de la confrontation.

    Et sauf chez les animaux dréssés par l'homme pour le combat (coqs, chiens...) et certains animaux totalement perturbés et déstabilisés par la pression humaine, l'homme est le seul animal qui tue par plaisir, indifférence ou profit...

4 - le sexe et le plaisir
    Là aussi, il ne faut pas oublier que la seule raison pour laquelle la Nature a créé deux sexes, est, encore et toujours, la recherche de l'amélioration, de la sélection, de l'évolution de l'espèce.

    Fondamentalement, l'acte sexuel n'est prévu QUE pour la reproduction, et la notion de plaisir n'existe QUE pour inciter les êtres sexués à se reproduire... Le plaisir procuré par l'acte sexuel provoque le "désir" au sens primordial du terme, et ce "désir" n'a qu'un seul objectif : provoquer l'attirance entre les sexes, entre les couples, exacerber la rivalité des mâles, augmenter leur combativité, de manière à ce que seul le meilleur puisse participer à la naissance de nouveaux individus, et donc à l'amélioration, à l'évolution de l'espèce...
    A l'origine, et encore actuellement chez la plupart des espèces, le "désir", la période de "rut", n'intervient QUE pendant les périodes où la fécondation est possible, pendant les périodes de reproduction...
    Encore une fois, "grâce" à son intelligence, l'homme a modifié la donne... mais a-t'il maîtrisé cette "modification" ??? quand on voit l'évolution actuelle de la sexualité et le nombre de problèmes qui y sont étroitement liés, on peut en douter...
    À méditer...

    L'homosexualité : Il est de "bon ton" de nos jours, "d'affirmer sa différence" - "d'assumer sa sexualité" ...
          Paroles, paroles, paroles... avez-vous oublié Sodome ???

    Il n'est pas question ici de juger qui que ce soit, ou de prendre parti dans une discussion stérile. Chacun fait ce qu'il veut.
    Il s'agit simplement de constater des faits.
    Certes, de tout temps, l'homosexualité a existé. Mais ce comportement (mis a part quelques cas bien particulier : les "erreurs" de la Nature existent) a toujours été le fait de quelques personnes particulières, pricipalement des "puissants" de ce monde dont le psychisme était souvent bien perturbé...

    Mais le plus élémentaire bon sens doit amener à reconnaître que la Nature n'a pas créé deux sexes différents et complémentaires pour que l'un ignore l'autre... Il n'est pas très "normal" et d'aucun "intéret" pour la nature que deux êtres du même sexe se "marient", il n'est pas très "logique" qu'un organe sexuel mâle soit introduit dans un anus...

    Transformer l'acte sexuel qui par définition est et devrait rester un acte sacré, et bien sûr une source d'amour et d'harmonie dans un couple, en une recherche de "plaisirs interdits", est évidemment une démarche qui va totalement à l'encontre des grandes Lois de la Vie...
    Par le passé, ces pratiques étaient très justement appelées "contre Nature"...

    ► Quand une société encourage ses jeunes à l'homosexualité, quand dans des collèges ou lycées on entend des personnes chargées de l'éducation sexuelle dire aux jeunes adolescents : "Il est normal qu'à votre âge vous ne sachiez pas très bien où vous situer, que vous soyez attirés par l'homosexualité, il est normal de vouloir faire des expériences..." alors, il y a du souci à se faire....   (Évidemment, si les films et la télévision ne glorifiait pas tant l'homosexualité, la drogue et la violence, beaucoup de jeunes ne seraient pas si perturbés !!!)

    Mais "comme rien n'existe par hasard", il est donc fort probable que cette généralisation de la tendance homosexuelle fasse partie des comportements induits par les "programmes de régulation, de sécurité, et de survie de l'espèce", car dans une société pléthorique, c'est aussi un bon moyen (inconscient mais efficace) de rendre peu probable la reproduction et donc de limiter les naissances...
    La Nature utilise parfois ce "subterfuge" dans certains cas, toujours dans le même but de sélection et d'évolution : chez certains serpents, pendant la période de reproduction, les mâles dominants sécrètent des phéromones femelles dans le seul but de "tromper" les jeunes mâles "excités". Ces jeunes mâles suivent ainsi avec ardeur le mâle dominant qui les "promène", les fatigue, les perturbe, les rendant finalement incapables de participer à la compétition finale auprès des femelles...   sélection, sélection...

    Comme dans toute situation, il est rare que ce genre de comportement et d'attitude arrive par hasard... C'est en général un excellent baromètre qui indique que la tempête approche...

5 - Rendre à chacun sa place :
    Depuis qu'elles existent sur la planète Terre, dans toutes les espèces sexuées quelles qu'elles soient, la base de la VIE, le gardien de la pérennité de l'espèce, c'est la femelle. La plupart de temps, le mâle n'a qu'un rôle "occasionnel", et sa durée de vie est fortement limitée...

    En observant attentivement de nombreuses espèces animales, on peut constater que le critère de sélection des mâles est toujours basé sur la force, la violence, l'agressivité, la combativité... : il DOIT, dans un premier temps, entrer en compétition avec tous les autres prétendants au rôle de "mâle dominant" (le meilleur étant seul autorisé à transmettre sa semence - et un seul mâle suffit), et il a le devoir, ensuite, de protéger la "famille", le clan, et pricipalement les femelles, qui elles sont indispensables en nombre, éléments précieux pour la VIE.

    "Pièce d'usure" remplaçable, "fusible" facilement interchangeable, c'est donc au mâle que reviennent les "outils" du guerrier : la force, la violence, l'agressivité, et la responsabilité de combattre les ennemis potentiels, les prédateurs que la Nature à créé spécialement pour harceler en permanence l'espèce, afin de l'obliger à évoluer pour survivre...

    La participation à la nourriture de la "famille" ne vient qu'en second plan, et n'est pas toujours "obligatoire", selon les espèces. Chez les lions, par exemple, le mâle dominant ne chasse jamais (ou rarement) mais il est le premier à profiter des proies tuées par les femelles.
    Mais la période de "gloire" du mâle dominant est relativement courte. Elle ne dure que le temps pendant lequel il est en pleine force et capable d'assurer la protection totale du groupe. Lorsqu'il commence à faiblir, il est impitoyablement et rapidement évincé et remplacé par un plus jeune et plus fort que lui.
    A ce moment, soit il est tué, soit sa vie solitaire sera de courte durée...

    ► Il ne faut pas s'étonner si de nos jours beaucoup de jeunes hommes sont totalement perturbés : ils n'ont plus de repères, toutes les valeurs accumulées pendant des millénaires par la Nature d'abord, et par toutes les sociétés humaines ensuite, toutes ces valeurs ont été complètement bouleversées et trop rapidement (et trop mal) remises en question.

    La "drague" a changé de sexe. Le "tableau de chasse" n'est plus l'apanage du mâle, dans la société actuelle, ce sont les filles qui vont "chercher" les mâles...   on veut promouvoir les hommes "à la maison"...

    La famille, cellule de base de toute vie harmonieuse, la famille a explosé.
    Grâce au "progrès" de notre société qui veut nous imposer un "bonheur" aseptisé et contrôlé (politiquement correct) les femmes ont "gagné" le droit d'aller "bosser" en usine comme les hommes ou de devenir des "femmes d'affaire", d'être stressées, de fumer et de boire de l'alcool, et de développer les maladies qui étaient jusqu'alors l'appanage des hommes...
    Moyennant quoi, les enfants sont plus ou moins abandonnés à eux-mêmes dans le cadre d'écoles ou d'institutions déshumanisées, les personnes âgées sont "parquées" et abandonnées dans des "mouroirs", et le divorce (faillite du couple) est devenu quelque chose de courant et de "normal"...

    ► Or l'enfant a besoin de l'amour et des caresses de sa mère, il a besoin d'admirer son père ("mon papa, c'est le plus fort !") et de le respecter... (mais un père, aussi attentif, vigilant et attentionné soit-il, ne remplacera JAMAIS la douceur, la tendresse d'une mère auprès de son enfant...)   Il a besoin au minimum d'une dizaine d'années de véritable enfance, dans le cadre d'une famille unie où chacun est à sa place...   il a besoin de sa mère, de son père, de ses grands parents...   il a besoin de repères et d'exemples...
    Il a besoin de quelques années de véritable insouciance...

    L'accumulation de toutes ces "modifications" qui sont survenues très rapidement a fini par créer des comportements perturbés, qui peuvent aller jusqu'à la violence conjugale, le "machisme", la domination, mais aussi l'alcoolisme et la dépression...   et bien d'autres...

6 - Le rapport à la mort et à "l'après vie"
    Le respect de la vie, c'est aussi le respect de la mort. La plupart des humains ont, de nos jours, perdu la capacité d'accepter sereinement la mort comme une continuation de la vie, comme une étape incontournable et indispensable au renouveau et à la continuation de la vie.

    On voit trop souvent à la télévision des "médecins" se gargariser : "on encore a sauvé une vie" alors qu'ils auraient peut-être bien mieux fait de "laisser partir" la personne au lieu de la condamner à encore de nombreuses années de souffrance...

    L'acharnement à maintenir en vie à tout prix, et souvent contre leur gré, des personnes âgées fatiguées, usées, qui se trouvent très "normalement" en fin de vie, ou des grands malades pour lesquels plus rien d'autre ne peut être fait que d'aténuer les souffrance, est moralement indéfendable...

    Cet acharnement à refuser le départ programmé d'une personne est même parfois totalement incohérent, voire indécent... et va bien évidemment à l'encontre de toutes les "Lois fondamentales de la Vie".   Pour exemple, ces derniers jours aux USA, dans le cadre d'une lamentable affaire qui fait les gros titres des informations, des personnes qui se glorifient d'être chrétiens et qui, sous le prétexte de "respect de la vie", s'acharnent à maintenir en soit-disant vie, contre son gré, et par l'usage d'un appareillage sophistiqué et artificiel, le corps physique d'une malheureuse dont l'âme et l'Esprit sont déjà partis vers d'autres sphères... cela ressemble fort à du fétichisme... on vit dans le passé, on n'accepte pas la réalité, on vit sur des reliques...

    Ce comportement est évidemment un total non-respect de la "volonté divine" qui a décidé de rappeler cette personne... les parents qui s'acharnent à maintenir un semblant de vie dans ce corps inconscient, n'agissent bien évidemment pas avec amour et compassion pour leur fille, mais comme très souvent, par pur égoïsme, pour conserver "leur chose". C'est une démonstration évidente de leur peur de la mort, de leur manque de confiance totale dans les convictions officiellement affichées : s'ils se disent "chrétiens et croyants", ils devraient se réjouir que leur fille soit "rappelée à Dieu"...

    De même, lorsque un couple irresponsable et égoïste, qui fument, sont alcooliques, malades et psychiquement instables "font" accidentellement un enfant, et que cet enfant naît avant terme avec un pronostic de survie et de santé extêmement défavorable, notre médecine va déployer des "trésors" de technologie pour faire survivre cet enfant dont ensuite personne ne se souciera, et dont l'avenir sera finalement très sombre, alors que dans le même temps on laisse mourir de faim, sans aucun scrupule et en toute indiférence, des enfants de 5-6 ans parfaitement constitués, simplement parce qu'ils ont eu le tort de naître dans un pays pauvre...   incohérence humaine...

    ► Bien sûr, il ne faut pas tuer. Ni homme ni animal (sauf en cas de défense ou de nécessité vitale absolue). Mais il faut aussi apprendre à laisser mourir, et respecter la décision de départ de l'âme d'une personne...

    A coup de lois et de décrets, la société s'acharne à protéger les gens malgré eux, contre eux-mêmes, au détriment et en dépit de la plus élémentaire liberté individuelle... "Grâce à cette loi, on a réussi à "économiser" 10 vies, 50 vies..."   stupidité...

    Cet acharnement à maintenir un semblant de vie, cette lutte continuelle et obsessionnelle contre la mort, ce refus de "laisser partir" dans une société qui compte déjà quelques milliards d'individus excédentaires, démontre bien le malaise actuel et le gouffre qui s'est creusé entre l'homme et les "Lois de la Vie"

    Le rapport à "l'après-vie" et au monde de "l'invisible" est encore pire... l'homme moderne qui se glorifie d'être "cartésien" et matérialiste à complètement perdu de vue toute la partie énergétique et spirituelle de l'être, et méprise "royalement" tout ce qu'il ne "voit" pas, tout ce qu'il ne peut pas toucher, tout ce que ses instruments (science toute puissante et infaillible) ne peut détecter... alors qu'une grande partie de sa vie, de sa santé, de ses comportements, sont "orchestrés" par des influences "subtiles"...

7 - Le respect des Lois de la Vie
    Une autre des grandes lois incontournables de l'Univers est, comme dit plus haut, que rien n'existe par hasard. Chaque être, chaque espèce, chaque individu à son rôle à jouer dans le grand programme universel, dans le grand chantier de l'évolution de la vie... mais tout être, quel qu'il soit, a le devoir absolu de respecter les règles fondamentales qui régissent l'Univers depuis la nuit des temps, d'oeuvrer dans le sens positif, de tenir son rôle dans un programme qui se déroule depuis des millions d'années...

    Aussi, lorsqu'un être, une société, une espèce n'est plus utile ou devient menaçante pour le reste de la création, et que cette "chose" ne peut (ou ne veut) plus évoluer, ou qu'elle s'éloigne définitivement des "LOIS de la VIE" précédemment citées, cet être, cette espèce, cette société est irrémédiablement condamné à disparaître... peu importe le temps que cela prendra... mais rien ne peut persister si la "raison d'être", la finalité absolue n'est plus en accord avec les LOIS intransgressibles de l'évolution.
    Un organe qui ne sert plus va peu à peu disparaître...

    C'est valable pour un organe, c'est valable pour un individu, c'est valable pour une espèce, pour une société...
    C'est même valable pour des objets fabriqués par l'homme : exemple, une voiture - Le constructeur va constamment l'améliorer, modèle après modèle, la faire évoluer, mais il arrive un moment ou le modèle devient obsolète, plus aucune amélioration ou évolution ne semble possible, logique ou intéressante... à ce moment là, le modèle est abandonné, et on passe à autre chose, à une génération suivante...

    Cette loi s'est appliquée également aux sociétés, aux "civilisations" du passé... Il y a toujours un commencement, une évolution, une apogée, puis un déclin et la disparition complète... Il s'en suit en général une longue période de "stagnation" (moyen âge) puis un nouveau départ avec de nouvelles données...
    Dans l'évolution de la vie, c'est la même chose. C'est ce qui s'est passé au fil des millions d'années, pour des milliers d'espèces...

    Toute espèce qui se détourne de ces lois immuables porte en elle sa condamnation inéluctable, à court, moyen ou long terme...

    Or la société humaine actuelle n'a plus de sens. Elle refuse d'évoluer, elle est devenue "une arme de destruction totale"...   L'homme a la fâcheuse tendance a se considérer comme le sommet absolu de la pyramide de l'évolution, une pyramide achevée, qui se termine à l'homme... (il a même créé un Dieu "à son image" !!!) - il n'accepte pas le fait de n'être qu'une "étape", un maillon de l'évolution qui continue et continuera éternellement...

    La Nature a une patience à l'échelle de la démesure des Temps... Les dynosaures ont dominé la planète pendant plus de 250 millions d'années, puis ils ont disparu, parce que devenus obsolètes... et s'ils ont eu leur chance aussi longtemps, c'est simplement parce qu'ils ne portaient pas atteinte aux fondements même de la vie, et à la planète...

    L'homme est le premier et le seul prédateur qui (toujours grâce à son "intelligence" !!!) s'est "attelé" à détruire systématiquement et en quelques petits milliers d'années seulement, la presque totalité de la création, et à dramatiquement mettre en danger la biosphère, son seul espoir de survie à long terme, son seul support dans l'immensité du Cosmos...


    Pourtant, on voudrait bien garder confiance en l'Homme et en l'Esprit   -   Et espérer...
    L'Homme est au sommet (actuel) de la pyramide de l'évolution. Il est l'aboutissement (provisoire) de la longue chaîne des sélections.
    Et si la société humaine pléthorique et inconsciente actuelle est irrévocablement condamnée, en tant qu'individu, l'Homme peut avoir encore un grand avenir devant lui, pour autant qu'il recommence à respecter les grandes LOIS du cosmos, les grandes lois de la VIE.

    Il appartient donc à chacun, à chaque individu, personnellement, de commencer à prendre conscience de cet état de fait, de reconnaître ces "conflits" latents et permanents, à y réfléchir sérieusement, et, en toute sincérité avec lui-même, d'adopter les attitudes, les comportements, de prendre les décisions, en son âme et conscience, qui l'amèneront à vivre le plus possible en harmonie avec la reste de la création, et comme le marin perdu dans la tempête, à garder le cap de sa vie... son équilibre, sa paix intérieure - sa survie et son avenir - seront à ce prix...

      * * * * *
      Je vous recommande la lecture des livres de Henri Vincenot, et principalement "La Billebaude",
      mais aussi "Le pape des escargots"
      et son dernier ouvrage, premier livre d'une trilogie inachevée : "Le Maître des abeilles"...

    "S'il y a une chose à laquelle vous devez croire, c'est à l'existence de lois dans l'univers. Vous prononcez un mot, vous faites un geste, vous avez un désir, une pensée : aussitôt ils sont enregistrés, classés, et ils produisent des résultats. C'est sur ces lois qu'il faut compter, car tout peut changer autour de vous, sauf ces lois : un jour elles vous enverront exactement ce que vous méritez, d'après la façon dont vous aurez travaillé."
        Omraam Mikhaël Aïvanhov



retour "réflexions" - ou - retour sommaire




pour nous joindre
adresse postale et   E-mail
quelques temoignages
"beaucoup vont se reconnaitre"
Dossier "entités"
A lire !!! Important !
sommaire
dossiers "informatifs"
Laisser un message sur
le Livre d'or




>